Le comédien, le psy et son costume

Juin 2, 2021 by

Frédéric Pierrot et Philippe Dayan dans « En thérapie »

Le confinement a favorisé introspection et réflexion sur nos avenirs divers. la série En thérapie a su cristalliser un besoin qui est dans l’air du temps. Ici ce n’est pas le confinement et ses conséquences qui sont le fil conducteur mais les réactions post-attentats de 2015.  Toujours est-il que la série a remporté un immense succès auprès des téléspectateurs tant en diffusion directe qu’en streaming. Elle a même posé de nouvelles façons de regarder. L’entourage immédiat de l’équipe concernée par le tournage, les retours l’expliquent :   par exemple regarder tout ce qui concerne un des personnages avant de passer à un autre, passant outre les propositions rythmiques posées par le montage et observateurs des tenants et des aboutissants d’une thérapie.

Frédéric Pierrot (DR)

Nous avons donc rencontré Anne Sophie Gledhill (AFCCA) la créatrice des costumes. Elle explique  le processus de création des personnages et de leur(s) costume(s) : D’autant que le tournage de la seconde saison vient de démarrer il ya quelques jours.

Le processus de création

Le processus de création pose, de plus, la problématique du costume contemporain que l’on peut qualifier d’invisible car le spectateur retrouve des façons de s’habiller qu’il connait ou qu’il pratique. Le manque de recul qu’il implique laisse penser aux néophytes qu’il suffit de se procurer en magasin ce dont on a besoin. Anne Sophie Gledhill présente la démarche. Elle avait déjà travaillé avec Mathieu Vadepied sur son premier long métrage La vie en grand (2014). Directeur artistique sur En thérapie, chargé de réunir l’équipe,  il a naturellement pensé à elle.  Ensuite un processus efficace s’est mis en place, avec à la clef, le succès que l’on sait.

Anne Sophie Gledhil et Frédéric Pierrot sur le tournage de la saison 1 (DR)

Frédéric Pierrot versus Philippe Dayan

« Nous avons commencé par le personnage de Philippe Dayan parce qu’il est incontournable et présent en permanence. La réflexion a été intense car il ne fallait pas qu’il soit «  trop fort » au niveau du costume. Il n’est pas là pour un défilé de mode. Il est là pour aider les gens et il n’est pas en représentation totale. Mais il est tout de même en représentation de sa profession comme chacun de nous au boulot. J’ai commencé par faire des mood-boards avec de vrais psys. Il y a des tas de psy qui ont des sites personnels ou professionnels. J’ai partagé mes trouvailles en trois groupes distincts : Ceux qui ont un look improbable et forts du type col mao, mal sapés, ou bien des gens médiatisés, connus car cela jour aussi. Un autre dans lequel il y a des personnalités plus excentriques avec des gens qui portent des foulards à l’image d’un philosophe médiatisé, des personnes «  chics et branchées » enfin un autre avec des personnes qu’on dira « neutres ».

Décisions

Nous avons beaucoup discuté et réfléchi sur nos choix car il fallait que le personnage n’ait pas l’air trop pointu ni trop « has been ». Ce n’était pas l’objectif. On ne voulait pas non plus qu’il soit trop branché et en essayant divers costumes à l’étape suivant, nous avons réalisé que nous ne voulions même pas  qu’il soit en costume. La solution jean + veste ou pantalon de toile + veste nous a semblé plus en accord car il ne fallait pas qu’il soit trop strict. D’autre part, il fallait aussi qu’il soit contemporain sans être crispé dans un style particulier.

Pour la gamme de couleur, cela a été identique. Pour Dayan, les couleurs sont assez douces, assez sobres mais il ya de temps à autres des couleurs plus vives qui sortent. Par exemple le pull rouille qui apparait rouge à l’écran… Les magentas sortent souvent plus forts que dans la réalité.  Nous sommes allés vers ses couleurs plus fortes pour éviter l’image de l’homme ennuyeux.   Nous avons choisi des lunettes de confort mais là encore, il ne fallait pas que ce soit trop branché, trop ceci ou trop cela ; il fallait que cela dise que c’est un psy qui a du style et de la personnalité. »

Philippe Dayan psy  » idéal » (DR)

«  Il est devenu une sorte de psy idéal car autour de moi on ne cesse de me dire «  qu’est- ce que j’aimerai qu’il soit mon psy !!! »  C’est vrai que Frédéric Pierrot / Philippe Dayan dégage une empathie véritable et a une écoute attentive. Ce dont tout le monde rêve finalement !

Comme ce sont des épisodes qui «  restent » beaucoup sur les personnages, nous avons aussi beaucoup travaillé les associations de couleurs et d’accessoires, parce que si ça ne fonctionne pas, on ne voit que cela. Chaque élément, chaque accessoire sont extrêmement réfléchis. Et puis il y a peu d’éléments et de mouvements par rapport à une séquence de cinéma où il ya beaucoup de monde par exemple et il fallait que le cadre imposé à la fois par la séance de thérapie et l’espace du cabinet soient justes. »

à suivre…

Propos recueillis par Sylvie Perault

La suite de cette rencontre avec l’étude des différents patients vous sera bientôt proposée.
Pour citer cet article : CERPCOS 2021/5/ En thérapie/ AS Gledhil/SPerault. WWW.CERPCOS.COM

Related Posts

Tags

Share This

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *