AFFCA association des costumiers du cinéma et de l’audiovisuel

Juin 27, 2012 by

L’AFCCA est l’ASSOCIATION Française des COSTUMIERS du CINEMA et de l’AUDIOVISUEL, elle se définit comme un espace de rencontre, un forum de réflexion, un lieu d’échange et d’information. Elle a pour but de rassembler sur des critères professionnels de qualité et de défendre la reconnaissance de nos métiers au sein de la production cinématographique et audiovisuelle. Cette charte a pour objectif de définir les métiers du Costume, leurs rôles dans la création de l’œuvre cinématographique et audiovisuelle, leurs responsabilités et leurs obligations.

De création récente l’association a pour objectif de réunir (enfin !) les créateurs et réalisateurs costumes dans une réflexion commune

Dans une interview récente pour Le Monde.fr |du 26.06.2012, la journaliste Hortense Lasbleis pose les sempiternelles questions de l’adaptation aux vœux du réalisateur et à l’interprétation d’une époque à Anaïs Romand césarisée pour l’Apollonide, souvenirs de maison close. Film qui donne une vision très romantique de la réalité des maisons de prostitutions. La question des savoir-faire englobent aussi la construction du personnage au cinéma (lequel diffère absolument de celui du théâtre même si certains artisans travaillent à la fois pour l’une ou l’autre des destinations). C’est la perception du spectateur qui laisse souvent penser que le théâtre et le cinéma fonctionnent de façon identique. Pourtant la distance de la scène dicte ses impératifs ainsi que le fait de jouer chaque soir. Alors qu’au cinéma la proximité de la caméra et les prises de vue ne vont pas édicter les mêmes contraintes.

 [….]

Comment se passe le choix des costumes, des accessoires pour un film une fois que vousavez lu le scénario ?

Anaïs Romand : Il y a une discussion avec le réalisateur. Il faut s’assurer que notre vision correspond avec ce qu’il a envie de filmer. Ensuite, avec notre équipe, nous proposons des maquettes, des échantillons de matériaux, de couleurs… La concordance avec ce que le réalisateur a en tête est importante : les costumes font partie de la construction visuelle du film mais ils aident aussi les acteurs à bâtir leurs personnages.

Après, les équipes de préparation et sur le tournage sont souvent différentes. L’équipe de préparation est plus spécialisée en couture, en fabrication, alors que la seconde est davantage composée d’habilleurs et habilleuses. Je parle « d’habilleurs » parce qu’il y a aussi des hommes dans ces métiers. Il ne faut pas que tous les métiers du costume soient formulés au féminin.

La présence d’une équipe compétente consacrée à l’habillage est essentielle sur un tournage, encore plus pour les films d’époque, où souvent s’habiller est beaucoup plus compliqué qued’enfiler un jean. Prenez un corset, il faut savoir bien le mettre, le placer correctement. Et puis il faut avoir une attention constante sur le tournage pour les raccords entre les scènes, travailler en bonne entente avec les acteurs dont nous sommes très proches dans le département costumes…

Quelles différences à créer des costumes pour un film d’époque ou un film contemporain ?

Anaïs Romand : Les films d’époque nécessitent une très bonne connaissance de l’histoire, de la mode, des styles, des matériaux, des coupes… En général, ceux qui font ces costumes s’intéressent déjà à l’époque. Pour éventuellementfaire des recherches, il y a beaucoup de bibliothèques spécialisées, de musées ou de collections de costumes. Mais faire un film d’époque, ça n’est pas copier exactement les costumes de la période. C’est toujours inventer des personnages, comme pour un film contemporain. Au final, on parle de notre propre époque : nous ne voyons pas le XVIIIe de la même façon que dans les années 1960.

Ce qui ne veut pas dire  que ce soit plus facile defaire des films contemporains. Les moyens pour créer manquent souvent. Généralement, les productions sous-estiment les coûts et la part de création, de composition des personnages : ils s’imaginent que tout se trouve en boutique, alors qu’on y trouve que la mode de l’année. En fait c’est comme cherher une émeraude dans une mine de charbon. On peut penser  à une pièce qui est effectivement dans l’armoire de quelqu’un. Mais elle a pu être achetée il y a deux, trois, cinq, dix ans… C’est davantage possible de créer ce qu’on a en tête pour les films d’époque. En contemporain bien souvent la production ne voit pas que c’est un enjeu, même si les réalisateurs le voient. Ça peut être très frustrant.

Quelles sont les difficultés principales que vous rencontrez dans votre métier ?

Anaïs Romand : La méconnaissance quasi-totale de ce que sont les métiers du costume. Je dis les métiers parce qu’il y en a vraiment plusieurs, qui sont différents, spécialisés et très artisanaux. Donc ça demande beaucoup de temps et on en a très peu. On ne peut pasfabriquer ou trouver un costume à la vitesse d’Internet, nous dépendons de données très concrètes : les matériaux que nous travaillons sur des acteurs qui doivent s’approprier leurs costumes et les rendre  crédibles.

Intégralité de l’interview http://www.lemonde.fr/style/article/2012/06/25/les-costumes-font-partie-…

Related Posts

Tags

Share This

2 Comments

  1. Philippe Bestetti

    Bonjour
    Je recherche pour création musee des repros fidèles d’uniformes militaires de la 1rre guerre. Est il possible d acheter des costumes de scène réformes à des costumière et ou puis je me renseigner.
    Merci pour votre réponse
    Très cordialement.

    • cerpcos

      Bonjour
      En règle générale ce sont de véritables uniformes, s’ils sont reproduits, ils sont déjà revendus aux loueurs de costumes, les productions ne les gardent pas.

      Cordialement

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *