Une exposition consacrée à la chanteuse Anny Flore

Déc 24, 2017 by

Devenir chanteuse professionnelle est un parcours du combattant, en vivre et faire carrière est aussi bien difficile. Aujourd’hui plus que jamais les chanteuses et les chanteurs apparaissent et disparaissent de façon fulgurante. Autre temps, autre mœurs et il n’ y a pas si longtemps il était possible de faire carrière dans les variétés et avoir une présence longue et marquée. Ainsi fut celle d’Anny Flore à laquelle fut consacrée une exposition il y a peu  sous le titre

Anny flore une chanteuse retrouvée

A.F3

Une exposition de qualité puisque le commissaire n’est autre que sa propre fille Claudette Joannis, conservateur en chef du patrimoine et membre du collectif. Celle-ci nous explique :

 » Bien que très populaire entre 1946 et 1980, , la chanteuse Anny Flore  qui fut ma mère, semble tout à fait oubliée des programmateurs de radio. Ses succès : Méfiez-vous des blondes, la valse tourne, Deux sous d’violettes suivis d’une série disques 33 tours consacrés aux chansons des années trente, : Mon cahier de chansons, eurent un vif succès.  A.F1Elle fut aussi très mêlée au milieu sportif : marraine des six jours, de l’équipe du Racing-club   et des boxeurs Laurent Duthuile et  Robert  Villemain. Elle fit aussi de nombreuses tournées en France, et à l’étranger. Son charme et son talent firent d’elle une vedette aimée du public et des journalistes. »

Anny Flore est née dans le Lot mais fut élevée à Pierrefitte dans la région parisienne . Elle acheta sa maison de Loupiac en 1963 et y résida une grande partie de l’année jusqu’à sa mort en 1985. Elle fut enterrée dans le cimetière du village avec sur sa tombe un beau buste en marbre la représentant,  qui fut volé en 1999,  puis miraculeusement retrouvé.

« Presque tous ceux qui  ont connu Anny Flore  à Loupiac  ont aujourd’hui disparu.    Restent les enfants qui étaient encore petits et qui ont entendu parler d’elle. On peut donc dire qu’à Loupiac le  souvenir  d’Anny Flore est encore vivant . Dans sa maison sont conservés  tous les souvenirs de sa carrière : articles de presse, photos, peintures affiches dessins et costumes  Aussi ai-je eu l’idée cette année  après avoir vu  à Paris l’exposition sur les costumes de Dalida,  de proposer à  Mr le maire une exposition de 25 costumes de ville et de scène  de ma mère ainsi que des affiches, des photographies et quelques objets . »

Pour conclure cet hommage un extrait de Julie La Rousse qui eut un grand succès populaire.

L’exposition est accueillie sur demande.

Les artistes ont cette chance de laisser des traces qui nous touchent encore et toujours, même surannées elles font le lien entre des habitudes passées et celles d’aujourd’hui. Une leçon de vie ?

Related Posts

Tags

Share This

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *