Tarantino et le renouvellement du western spaghetti : Django unchained et la création de costumes

Mai 11, 2020 by

 

      Le western est un genre cinématographique, dont l’action se déroule en Amérique du nord au XIX siècle , pendant la conquête de l’ouest par les européens. Ce fut un genre extrêmement populaire  des années 1960 aux années 1980,  avant de tomber progressivement en désuétude. Grâce au réalisateur italien Sergio Léone le genre et sa narration se renouvelle avec l’innovation du  western spaghetti. Des films tels Le bon, la brute et le truand, Pour quelques dollars de plus et Pour une poignée de dollars ont un succès populaire réel qui s’installe dans la mémoire collective occidentale.

D’autres réalisateurs italiens suivent l’exemple de Sergio LEONE, comme Giorgio STEGANI ou  Sergio CORBUCCI. C’est ce dernier  qui est le réalisateur du film Django sortie en 1966 et c’est  ce film qui  inspira Quentin TARANTINO. Celui-ci a d’ailleurs déclaré que ce fut ce western qui lui a donné envie de s’essayer à ce genre cinématographique. Le réalisateur de Pulp fiction et Inglourous basterds a donc décidé de proposer  une nouvelle version de ce grand classique du western spaghetti. En effet TARANTINO n’a rien laissé au hasard, jusqu’aux costumes du film, ce qui nous amène à nous interroger sur l’intérêt que porte TARANTINO à  l’importance qu’il donne aux costumes dans le remake de Django. Nous allons examiner comment le réalisateur et la costumière Sharen Davis ont réussi à trouver l’équilibre, entre le western et la réalité, tout en ajoutant une touche de modernité.

django 1Django (Jamie FOXX) raconte l’histoire d’un esclave noir, qui est acheté  par un chasseur de prime nommée le Dr King Schulz (Christopher WALTZ),  afin de lui permettre d’identifier deux meurtriers qu’il recherche, en échange il lui promet de lui rendre sa liberté. Mais l’objectif premier de Django est de retrouver sa bien-aimée Broomhilda (Kerry WASHINGTON), qu’il a perdu après leur vente respective au commerce des esclaves. Pour cela le héros et le Dr King Schulz, partent à la recherche de la jeune demoiselle. Cette histoire se passe deux ans avant la guerre de Sécession, dans sud des Etats-Unis.

Sharen Davis est une costumière afro-américaine, qui a fait les costumes de grands films américains. Le premier film dans lequel, elle a participé en tant que costumière fut Equinoxe (1992).Ensuite elle a travaillé dans des Films comme Ray (2004) de Taylor HACKFORD et Dreamgirl (2006) de Laurence Mark pour lesquels, elle fut nominée deux fois au Académie Awards « Oscars ».Elle a collaboré avec de grands acteurs comme Denzel WASHINGTON, Bruce WILLIS et Will SMITH etc. S.Davis

Elle fait ensuite la rencontre, de Quentin TARANTINO qui lui propose de faire partie de l’équipe du film Django Unchained. Au début elle n’est pas très  « emballée » par le projet, afin de relever le challenge :  donner une autre vision du western spaghetti.

Lors du déroulement du film, Django,  le personnage principal évolue dans plusieurs tenues, tout d’abord on l’aperçoit en esclave portant une simple couverture et un pantalon déchiré. Ensuite il porte un costume bleu. Cette tenue inspirée du XVIIIe siècle  est  l’idée de Sharen Davis : TARRANTINO avait écrit dans le script du film, que Django devait apparaitre en bleu, alors elle décida de lui proposer un exemple inspiré du tableau du  peintre anglais Thomas Gainsborough, The blue boy. La créatrice souhaitait que  le personnage puisse porter l’évolution de  son statut et pour cela il fallait  qu’il  porte un costume extravagant et presque inadéquat à l’espace dans lequel il est porté. Le costume est constitué d’un haut et d’une culotte en soie bleue, une paire de bas blanc, tels que portaient les aristocrates au XVIIIe siècle. Ce qui donne  un aspect noble au héros du film à mi-chemin entre l’esclavage et la liberté. On peut en déduire une lecture simple mais efficace du caractère du héros. Le jabot est un rajout par rapport au tableau de Gainsborough et insiste sur la période XVIIIe : peut-être une allusion au siècle des Lumières et la libération de la pensée.

Django 2       Blue boy Ensuite, Jamie Foxx  porte une tenue de cowboy. Toutefois ce  costume diffère de la version originale, car certains détails ont été modifiés, probablement pour apporter une touche contemporaine à la version de Sergio Corbucci. Quentin Tarantino et Sharen Davis ont souhaité rendre le costume plus moderne, tout  en respectant l’époque et en gardant les codes vestimentaire du western spaghetti.  Tout un processus a été mis en place : ils ont regardé différents films,  afin de donner une autre dimension au personnage. Dans la version de 1966, Franco Nero qui joue le rôle de Django porte un cache poussière, un  manteau  souvent utilisé dans les westerns. Il a aussi des mitaines aux mains, contrairement au héros de  Tarantino qui lui porte des gants en cuir. La costumière a aussi conservé les codes vestimentaires propres au western, comme le chapeau, la ceinture en cuir qui porte les pistolets. Néanmoins elle rajoute, des accessoires plus récents. Dans le long métrage de Quentin Tarantino, le héros porte une veste cintré de couleur verte et un pantalon accordé au haut, pour lui donner un coté plus élégant et sophistiqué. En réalité le Django de 1966 et celui 2012 ont peu de chose en commun d’un point de vue vestimentaire, excepté l’écharpe et le chapeau. Pourtant, le chapeau ne ressemble pas à celui que Franco Nero porte qui est davantage dans la veine

Little Joe

Little Joe

traditionnelle du western. Sharen Davis explique que  ce qui l’a conduite à une modification du chapeau de Django, et la volonté qu’avait le réalisateur d’avoir  un cowboy plus «  Rock ‘n’ Roll ». Pour cette modification, la production du film est rentrée en contact avec le chapelier de la série Bonanza, d’ailleurs ce fut une grande source d’inspiration pour cette dernière et son équipe, Le couvre-chef en daim entouré d’un bourdalou gris, incrusté de petit morceau de fer, que porte le héros est directement influencé  par le personnage de The Little Joe joué par l’acteur Michael London.  Une autre  référence a Bonanza  est celle de  White Bufffalo avec Charles Bronson,  avec la reprise des lunettes de soleil

Django, Enzo BARBONI, 1966, Italie.

Django, Enzo BARBONI, 1966, Italie

Quant au personnage de Broomihilda, la fiancée  interprétée par personnage Kerry WASHINGTON , il est défini par  plusieurs costumes dont certains qui ont été créés et réalisés mais  ne sont pas apparus, car les scènes ont été coupées au montage.

À sa première apparition dans le film, Broomhilda est habillée avec une robe dans les tons violets qu’on peut peut-être associer au demi-deuil des traditions occidentales. Mais entre temps, dans une vision de Django, on l’aperçoit  avec une robe jaune lumineuse. Plus tard, elle sera en  habits de servante dans la maison de Mr Candi. Lors du  dénouement, Sharen DAVIS décide de l’habiller d’une chemise blanche associée  d’une longue jupe violette, accompagnée de bottines marron et d’une ceinture de la même couleur. blood for ...Sharen DAVIS créée cette tenue, afin que le spectateur remarque le changement et l’évolution du personnage, qui passe d’esclave à affranchie, mais donne à l’héroïne le caractère d’une femme confiante et forte. Néanmoins cette tenue est aussi inspirée par un western de 1956 titré  Blood for a silver Dollar de Giorgio FERONIN, ou le personnage principal féminin joué par Ida GALLI porte une tenue du même acabit, la seule différence est qu’elle ne porte pas de ceinture.Brunehilde 2

Pour les personnages secondaires, comme le Dr King SCHULTZ joué par le comédien allemand Christopher Waltz. Davis a cherché à donner au personnage sobriété et  élégance. Elle décide alors de choisir du gris, pour conserver le côté européen, qu’il confirme avec certains manteaux qu’il porte au long du film, comme le cache poussière qu’il porte lors de sa premier rencontre avec Django et  plus tard, lors des grands froids,   un manteau en chinchilla. Le chapeau de Schultz est entre le chapeau melon et celui de cow-boy.  Par la suite la tenue de Mr Bennet alias « Big Daddy »  fut créée sous l’influence de l’acteur Don JOHNSON, qui eut le rôle principale de la série Miami Vice. L’ensemble qu’a Big Daddy est une veste avec un pantalon de couleur beige, combiné a un gilet et un petit nœud papillon noir. L’acteur a aussi donné sa petite touche personnelle, en proposent des bottines en peau de serpent. Le costume vient de l’association de la tenue qu’il portait dans Miami vice et de celle du colonel SANDERS plus connu pour être le fondateur de la chaîne de restaurant  KFC…

Le remake de Django  permet à Quentin TARANTINO de donner une nouvelle vie au western, qui a perdu en popularité. Esthétiquement  Django est une œuvre haute en couleurs, grâce au travail de la costumière Sharen Davis qui n’a pas hésité a s’inspirer des stéréotypes et de les renouveler  afin de proposer donner une vision moderne du genre sans le trahir.

Un dossier effectué par Andy Dorminville sous la direction de Sylvie Perault                                                                                                                                                                                                

 

 

Related Posts

Tags

Share This

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *