Princesse Leia et la (psych)analyse de ses costumes

Jan 14, 2017 by

Maquette de J.Molo

Le décès brutal de Carrie Fischer mérite, en tant qu’hommage, qu’on se penche sur le personnage charismatique et désormais iconique qu’elle a joué dans Starwars : celui de princesse Leia. Personnage qui l’a gentiment dévorée tant elle était associée à ce rôle. Rôle qu’elle venait d’ailleurs de retrouver, en accord avec son âge et qui en a ému plus d’un comme lorsqu’on retrouve un membre de la famille qui s’était éloigné pendant longtemps. Nous nous pencherons donc sur le personnage et son allure puis sur ce qu’elle symbolise  dans nos psychés tourmentées.

Princesse Leia est pratiquement la seule figure féminine de la trilogie elle est donc essentielle car elle est la seule à porter le féminin et à le représenter haut et fort.

Dans les deux premiers films proposés au public, Princesse Leia, porte un costume relativement neutre et sobre : la longue robe de tonalité blanche à capuche est proche d’un vêtement monacal et évoque à la fois la pureté et la virginité. Et, si on observe la silhouette de pied en cap, elle peut être associée – pour les occidentaux – à la noblesse moyenâgeuse. Seule l’arme qu’elle tient souvent en main  rappelle que nous sommes dans en temps hors du temps : celui de la science fiction.

John Mollo, ancien conseiller militaire pour le cinéma est le créateur de sa silhouette et ses costumes. Il a décroché le job en remplaçant pratiquement au pied levé une de ses amies costume designer qui avait déjà signé ailleurs lorsque Lucas lui a parlé de La guerre des étoiles et qui l’a recommandé. Après une rencontre et son adoubement par Georges Lucas, il explique avoir eu une étroite collaboration avec ce dernier qui ne voulait pas que les costumes se remarquent d’une part et qu’ils aient l’air réels d’autre part. C’est probablement ce qui explique l’aspect simple mais élégant de Leia. Les discussions aller-retour ont été nombreuses car ils ont associé à la fois ce que souhaitait le réalisateur et ce qu’en a fait le créateur jusqu’à trouver l’harmonie qui lie chacun des regards, il explique qu’ils ont avancé petit à petit multipliant les propositions simples chaque jour. Puis ce sont les costumiers londoniens Bermans et Nathan qui ont réalisé les costumes tandis que pour Leia – par exemple – il était fait appel à un accessoiriste spécialisé pour la ceinture en argent.   Princesse Leia

Cependant une autre approche est possible parmi les sources d’inspirations qui n’ont pas été nommées. Ainsi la coiffure est très proche de celles des indiennes Hopi dont la coiffe  spécifique signifiait que la jeune fille qui les porte est en âge de se marier. En dehors du discret hommage aux natives, on a donc confirmation Jeune fille Hopide la jeunesse, la pureté de la princesse  en croisant nos imaginaires collectifs et l’action de l’héroïne. Ce qui la rend bien séduisante car pour une fois ce n’est pas une princesse nunuche sans non plus être d’une beauté hors du commun et construite de toute pièce. C’est une femme « normale » bien que princesse. 

Un autre costume va déclencher la réjouissance des fans selon le regard porté sur Leia  : lorsqu’elle porte une sorte de « bikini » d’esclave de l’espace. Ce costume de cinéma devient iconique pour plusieurs raisons : le personnage  casse l’image de donzelle efficace et apte à gouverner donnée jusqu’à présent mais intouchable telle une Elizabeth première . On voit une jeune femme désirable qui Leia 2dévoile son corps et propose une nouvelle image , même si le cadre la montre contrainte. En fait, ce costume joue encore avec notre mémoire collective cinématographique : le site des fans de Starwars cite – entre autre – 1 million d’années avant Jésus-Christ, raquel-welch-ou bien encore

Princess of Mars de Rice Burroughs etc. Car, oui la création de costumes n’arrive pas d’un espace vierge mais est issue d’inspirations multiples mises au goût du jour. Ainsi Leia s’inscrit dans une lignée autre que Starwars : celles des femmes DejahThorisguerrières ET sexuées. Car, le fan le sait, elle n’aura nul besoin d’un adjuvant quelconque pour se délivrer en supprimant le monstre Jabba avec les chaines qu’il l’a obligée à porter. Quel symbole !

maquette leia 2

 Ces différentes évolutions sont intéressantes dans la mesure où il nous propose un personnage bien plus complexe qu’il n’a l’air, même si une fois habillée de son uniforme de Hoth, on retrouve l’habituelle princesse., la femme politique prête à en découdre pour la paix.Leia

Alors que Princesse Leia avait repris sa place dans l’histoire, une place en accord avec son âge, voilà que Carie Fisher meurt. Sa disparition laisse une sorte de vide même si on nous assure que son hologramme « pourrait » faire fonction, ce qui pour ma part augmente le malaise :le personnage construit aurait -il tant de puissance pour supplanter l’être humain disparu ?  C’est triste mais ne vaudrait-il pas mieux qu’une autre femme comme la supposée fille de Luke ( donc la nièce de Leia) hérite de sa place symbolique ?Mon entourage masculin et fanatique a balayé d’un revers de la main mes théories oui mais tu vois !!! tu comprends !!! l’ordre des épisodes, la chronologie, mais moi ce que je réponds toujours c’est que bien peu de femmes il y a, donc un rôle très spécial elle a. Et si on gratte un peu et qu’on a l’audace d’une modeste approche analytique, la guerre des étoiles est une fresque qui met magnifiquement en scène le complexe d’Œdipe tel que vécu par les jeunes garçons. Ne s’agit-il pas de lutter contre les forces du mal (mâle), ainsi lorsque le garçon devient jedi un homme, comme dans n’importe quelle initiation sur la terre – il peut faire face à ses propres choix. Princesse Leia , elle a le rôle symbolique de la mère  même si  dans le film c’est la sœur ( vous suivez ?). C’est ce que racontent ses costumes jeune femme désirable et désirée ( Han Solo l’appelle systématiquement mon cœur…) nous sommes d’abord effrayés par un possible désir de Luke pour sa sœur, ils ne savent pas mais nous si…Révision de la prohibition de l’inceste et soulagement grâce à Solo. En analyse, c’est comme ça ce qu’on voit est parfois autre chose que ce qui est. Lorsqu’elle est présentée en bikini de métal,  cela correspond exactement au moment où l’enfant-garçon réalise que sa mère à des « activités particulières » avec le père et que sa mère n’est pas que pour lui et ne l’est plus du tout en ce qui concerne la sexualité. L’apothéose étant la lutte contre le père . Pourquoi tout le monde rit-il au plagia de  » je suis ton père ? » Parce que le message est reçu 5 sur 5, ça signifie « hey mon gars ! c’est MA place, trouve toi la tienne! Ce qui reste la condition sine quanon pour s’ouvrir au monde… Ceux qui n’ y arrivent pas restent dans un  monde exclusivement masculin : ce que suggère la confrérie des jedis, le sabre laser étant un magnifique symbole phallique. La mort de Carie Fisher vue sous cet angle est doublement choquante parce que personnages et spectateurs nous perdons le seul femnin présent de façon durable et solide. Elle rappelle à l’enfant qui est en nous que même si on ne peut épouser ses parents on peut les perdre à tout moment.

Sites consultés.

Ralph McQuarrie – RalphMcQuarrie.com , Aggie Guerard Rodgers – AggieRodgers.com, A Visual History of STAR WARS , The Mystery of the Princess Leia CostumeRomano, Nick (October 3, 2015). « Princess Leia’s Star Wars bikini sells for $96,000 at auction« . Entertainment Weekly. Retrieved October 25, 2015.

Et bien sûr le livre Starwars costumes, the original trilogy de Brandon Alinger.

Pour citer cette analyse Princesse Leia, CERPCOS, 2017. S.Perault

 

Related Posts

Tags

Share This

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *