L’exposition Hollywood costumes

Nov 13, 2012 by

Avec l’exposition «Hollywood Costume», qui a débuté fin octobre, le Victoria & Albert museum, propose un regard original sur le cinéma hollywoodien grâce aux costumes de personnages mythiques. Costumes et accessoires on tsouvent laissé une trace impérissable dans la mémoire du spectateur et c’est cette mémoire qui est sollicitée.

Des chaussures à paillettes rouges de Dorothy, l’héroïne du «Magicien d’Oz», à la tenue de combat jaune et noire d’Uma Thurman dans «Kill Bill», en passant par le costume en lycra de Superman, plus de cent costumes de rôles inoubliables sont exposés et retrace l’histoire du cinéma américain sur un siècle environ : de 1912 à 2012.

Le clou de l’exposition et exclusivité mondiale : les escarpins rouges portés par Judy Garland dans Le Magicien d’Oz, ont quitté Hollywood pour la première fois depuis 1939 pour être exposé au V&A ( même s’il en axiste plusieurs paires, exigences du tournage oblige).

Hollywood Costume se décompose en trois parties, Deconstruction, Dialogue et Finale (en anglais dans le texte) C’est l’histoire du cinéma proposée  par le biais de la  création artistique via  l’écriture, le  personnage pour aboutir à son  costume qui fixe son apparence.

Act 1 : Deconstruction

Cette première partie aborde le travail du créateur de costumes et des costumiers réalisateurs pour le cinéma. On y découvre comment le costume construit  le personnage et comment le comédien fait corps avec le costume pour trouver son personnage.

Dans une amplitude temporelle large, on trouvera à la fois celui de Charlie Chaplin pour Charlot mais aussi les créations de James Acheson pour Le Dernier Empereur, les tenues portées par Brad Pitt et Edward Norton dans Fight Club, conçues par Michael Kaplan. Ou bien encore la robe de chambre du Dude (Jeff Bridges), personnage marquant  des frères Cohen dans le Big Lebowski.

Act Two : Dialogue

Une partie qui met l’accent sur la relation particulière entre le réalisateur et le créateur de costume : la collaboration entre Martin Scorsese et Sandy Powell pour le film Gangs of New York ou encore celle de Tim Burton et Colleen Artwood pour Edward Scissorhands et Alice aux pays des Merveilles.

Puis entre le créa-costume et  l’acteur (lorsqu’il a le droit à la parole …) Une relation triangulaire essentielle pour créer un personnage de cinéma : Robert De Niro et Meryl Streep, expliquent comment ils créent leurs personnages avec ce qu’ils portent. Les costumes de Taxi Driver, Ragging Bull ou Mama Mia, La Dame de Fer prouvent qu’ils sont un véritable langage à eux seuls

Act three: Finale

Un final hollywoodien  où on retrouve la totalité des icônes de tissus mis en scène : de ses plus grands héros dont  Batman, Spiderman, Rocky, Dracula mais aussi Catherine Tramell (Sharon Stone) dans Basic Instinct, à la robe portée par Marilyn Monroe dans 7 ans de Réflexion, mais aussi les costumes dessinés par Eiko Ishioka pour Bram Stocker’s Dracula

Un vrai bonheur des sens.

Sylvie Perault

 

Hollywood Costume, du 20 octobre au 27 janvier 2013. V&A Museum, Cromwell road, SW7 2RL, Londres. Ouvert tous les jours de 10h à 18h. Entree: £14.

Related Posts

Tags

Share This

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *