Le super héros, partie 1

Août 19, 2013 by

Première partie : le rôle du super héros

Chaque été nous ramène sa horde de neveux et de petits cousins d’une part  et  celle des super-héros de l’autre part. Chez ces derniers  il y a les anciens qui semblent avoir toujours été là et puis il y a les petits nouveaux qui  prennent le devant de la scène. Quel rapport entre les uns et les autres ? C’est que les films de super-héros sont vraiment destinés aux  petits et aux grands garçons (qui se rappellent lorsqu’ils étaient petits). Au cinéma de plein air que nous fréquentons c’est en bande qu’ils y vont, en poche les popcorns  préparés  par moman parce qu’il parait  que c’est meilleur. On ne mange pas à l’heure espagnole pour ne pas qu’ils ratent la séance et ensuite je peux filer chez mes copines qui elles y sont restées. Vous l’aurez compris, la séance commence bien avant parce qu’il y a tout un cérémonial  qui se met en place… Parfois, j’y vais aussi et cette année mon préféré c’est  Iron man parce que c’est l’exemple type du narcissique milliardaire mais hyper angoissé dès qu’il n’a plus ces jouets robotisés qui le rendent soit disant invincible, cela le rend proche de nous et du coup on le trouve presque  sympathique tellement il ressemble à n’importe quel homme. Les garçons pré-pubères adorent parce que la lutte du bien contre le mal représente d’une part tout ce qu’ils doivent maîtriser pour ne pas se comporter comme des petits sauvages à qui la culture n’aurait fait aucun effet. Mais l’intérêt des adultes est bien différent. Si on observe le moment où les super –héros retrouvent un succès  sans douté mérité, on réalise que cela correspond au début de la crise : peut -être cela correspond-il à nos rêves les plus secrets  dans le désordre avoir le pouvoir de se métamorphoser pour faire face à un présent angoissant ou encore mieux encore, il  (ré) anime l’espoir qu’un sauveur va venir… Le spectateur peut choisir de s’identifier à l’une ou l’autre des places. Bon plus il y a de super héros, plus il y a de super méchants mais ce qui compte, c’est la capacité à faire face…

Pourtant les héros ne sont pas une invention américaine : ils correspondent  aux demi-dieux de l’antiquité gréco-romaine. Ils avaient la même fonction, rendre espoir à la foule puisqu’ils se situent à mi-chemin entre l’humanité ordinaire et la divinité.  On les retrouve eux aussi au cinéma et bien avant les super héros. Les péplums et autres films hollywoodiens les ont mis au goût du jour. Les super héros ne sont que leur version modernisée en accord avec les attentes d’un moment précis et les angoisses non moins précises associées à ce moment.

La prochaine fois l’évolution du costume de superman et  en attendant l’hilarante évolution de la jupette masculine au cinéma hollywoodien

Related Posts

Tags

Share This

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *