L’Opéra de Paris et ses bijoux

Juin 9, 2017 by

Alors que la prochaine exposition du CNCS  consacrée aux savoir-faire est en pleine préparation, le CERPCOS y participe avec plaisir, il sera question en ce qui nous concerne de la fabrication des bijoux pour les variétés et la télévision. Voici pour anticiper, ce qui concerne l’opéra de Paris un extrait d’article de notre collègue de la bijouterie du spectacle à lire dans son intégralité sur le blog suivant

http://bijouterieduspectacle.blogspot.fr/2017/06/les-bijoux-de-lopera-sortent-enfin-de.html?spref=fb

bijouterie 2« Jusqu’à cette année, la collection des bijoux de l’Opéra, qui passe pour être la plus grande collection mondiale de bijoux de scène du XIXème siècle, s’apparentait plus à un trésor mythique qu’à un beau musée d’accessoires scéniques. On l’évoquait parfois, le plus souvent sans la connaître, car personne ne l’avait jamais vue.

Redécouverte au début des années 1980, dans une pièce où elle dormait depuis des décennies, cette incroyable collection fut d’abord confiée à une jeune stagiaire, Danièle Fouache. Pendant des années, avec patience et discrétion, celle-ci s’attacha à un fastidieux travail d’inventaire de toutes ces pièces. Les triant, les nettoyant, les classant et, à l’occasion, les faisant restaurer par des élèves du lycée de la bijouterie Nicolas-Flamel. Une première estimation, assez sommaire, conclut que ce fantastique trésor contenait plus de dix-mille bijoux de scène, pour la plupart fabriqués entre 1860 et 1930.

.[…] A l’initiative de Guillaume Ladrange, conservateur, deux stagiaires ont d’abord été recrutées pour s’occuper spécialement du récolement, de l’identification et du reconditionnement des bijoux. Puis, cette année, deux décisions importantes viennent d’être prises pour permettre au public de contempler directement ces bijoux de scène. Depuis le printemps, un certain nombre de pièces emblématiques sont maintenant exposées en permanence dans la galerie de la Bibliothèque-musée, au Palais Garnier. Elles sont présentées dans une dizaine de vitrines où l’on pouvait voir naguère des maquettes de décors un peu surannées. Mais surtout, l’atelier photographique de la BNF a débuté une campagne visant à numériser une bonne partie de la collection. D’ores et déjà, une douzaine de notices ont été mises en ligne sur le site de la bibliothèque numérique Gallica. Chaque objet a été photographié sous toutes ses faces et présenté accompagné d’une description détaillée. Une nouvelle session de numérisation vient de débuter. Elle concerne, cette fois, un plus grand nombre de pièces. L’inventaire de la collection, toujours en cours, recense à ce jour 3700 bijoux. « 

Related Posts

Tags

Share This

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *